Claude Nougaro – A bout de souffle
Vidéo et paroles

By | 5 avril 2017

Paroles de la chanson « A bout de souffle »
chantée par Claude Nougaro

( Texte : Claude Nougaro   Musique : Dave Brubeck )

 

  1   Quand j’ai rouvert les yeux
  2   Tout était sombre dans la chambre
  3   J’entendais quelque part comme une sonnerie
  4   J’ai voulu bouger…
  5   Aïe, la douleur dans l’épaule droite tout à coup
  6   Me coupa le souffle
  7   Une peur affreuse m’envahit
  8   Et mon corps se couvrit de sueur
  9   Toute ma mémoire me revint
 10   Le hold-up, la fuite, les copains
 11   Qui se font descendre…
 12   J’ suis blessé, mais je fonce et j’ai l’ fric
 13   Je glissai la main sous l’oreiller
 14   La mallette pleine de billets
 15   Etait là, bien sage… deux cents briques !…
 16   Somme toute, ça pouvait aller
 17   Mon esprit se mit à cavaler
 18   Sûre était ma planque chez Suzy
 19   Et bientôt à nous deux la belle vie
 20   Les palaces, le soleil, la mer bleue, toute la vie…

 21   Une radio s’est mise à déverser
 22   Un air de piano à tout casser
 23   Je connaissais ce truc
 24   C’était le Blue Rondo à la Turk
 25   Dave Brubeck jouait comme un fou
 26   Aussi vite que moi mettant les bouts

 27   Soudain, la sonnerie du téléphone
 28   Mon cœur fit un bond
 29   Je pris le récepteur
 30   «Allô ! c’est Suzy, ça fait deux fois que j’appelle
 31   – Qu’est-ce qu’il y a ?
 32   – Y a un car de flics au coin de la rue
 33   Je restai sans voix, j’étais foutu
 34   – Il faut que tu files, me dit-elle
 35   Descends pas, sauve-toi par les toits»

 36   Bon Dieu d’ bon Dieu, bon Dieu d’ bon Dieu
 37   Encore les flics, vite, le fric
 38   Et puis l’escalier de service
 39   Quatre à quatre
 40   Un vasistas était ouvert sur les étoiles
 41   Et me revoilà faisant la malle
 42   Parmi les antennes de télé
 43   Ce pognon, je ne l’aurai pas volé
 44   Trente mètres plus bas dans la rue
 45   Du Colisée, c’était la cohue
 46   J’en peux plus, j’en peux plus…

 47   J’ai couru comme dans un rêve le long des cheminées
 48   Haletant, la mallette à la main, je vacillais
 49   Sur un toit s’amorçait un escalier d’incendie
 50   S’enfonçant tout au fond d’une cour
 51   Je descendis jusqu’en bas
 52   Et me voici à trois pas d’une sortie sur la rue
 53   Quelle rue, je ne le savais plus mais tant pis
 54   Je suis sorti et tout de suite je les ai vus
 55   Quatre flics au bout de la rue
 56   Pas de panique, j’ai reconnu le bar du Living, j’y suis entré…

 57   La boîte était pleine comme un œuf
 58   Deux ou trois jazzmen faisaient le bœuf
 59   Je brûlais de fièvre, je voyais
 60   Les murs, les bouteilles qui tournaient
 61   Puis quelqu’un m’a saisi par le bras
 62   J’ me retournai, Suzy était là
 63   Toute pâle elle me souriait
 64   De nouveau le soleil a brillé
 65   Dans un souffle elle me dit
 66   Viens, j’ai la voiture tout près d’ici
 67   Nous sommes sortis mais devant moi
 68   Un poulet a crié «Ne bouge pas !»
 69   Avec la mallette je l’ai frappé
 70   Alors le coup de feu a claqué

 71   Me clouant sur place
 72   Oh, Suzy, t’en fais pas
 73   Je te suis, on y va
 74   Les palaces, le soleil
 75   Le ciel bleu toute la vie
 76   Toute la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *