Les Frères Jacques – Frédo (1954)
Présentation, vidéo, paroles et mémo FLE

By | 9 août 2017
Archives du site, article #15
 
La chanson d’hier, L’inventaire de Jacques Prévert, était interprétée par Les Frères Jacques. Je quitte quelques jours le coffret de CD de L’Âge d’or de Saint-Germain-des-Prés pour vous montrer une vidéo permettant de comprendre comment chantait ce quatuor vocal.
Les Frères Jacques ont débuté en 1944 et ont donné des récitals pendant presque quarante ans. Leur style est unique, inimitable, entre le théâtre et la chanson, entre la pantomime et la poésie.
Parmi les quelques enregistrements vidéo disponibles sur Youtube et Dailymotion, j’ai choisi Frédo, écrite par Bernard Dimey que j’aime beaucoup présenter à mes étudiants car, primo, elle permet, de comprendre de nombreuses caractéristiques du français familier et de l’argot, et deuzio, il me semble difficile d’aller plus loin dans le second degré.
 
(Archives du site : cet article a été écrit en 2011, dans la toute première version de ce blog.)
 




Paroles de la chanson « Frédo »
chantée par Les Frères Jacques

( Texte : Bernard Dimey   Musique : Hubert Degex )

 

  1   On l’ connaît d’ puis la communale
  2   Le gars qu’est là, sur la photo
  3   A la première page du journal
  4   Mais on l’ reverra pas d’ sitôt
  5   Il a saigné deux vieilles mémères
  6   Et buté trois flics, des costauds
  7   Certain’ment sur un coup d’ colère
  8   Vu qu’il est pas méchant Frédo

  9   Il a pillé la Banque de France
 10   Pour rendre service à des copains
 11   Pour améliorer leurs finances
 12   Faut bien qu’tout l’ monde, y gagne son pain
 13   Y a deux trois employés d’ la banque
 14   Qu’ont pris d’ la mitraille plein la peau
 15   Bon dieu dans ces cas-là on s’ planque
 16   Mais c’est pas sa faute à Frédo

 17   Il a liquidé sa frangine
 18   Une salope, une rien du tout
 19   Parce qu’il voulait plus qu’elle tapine
 20   Elle a calanché sur le coup
 21   Ça c’est des histoires de famille
 22   Ça regarde pas l’ populo
 23   Et puis c’était jamais qu’une fille
 24   A part ça, l’est gentil Frédo

 25   Il a vagu’ment fait du chantage
 26   C’était plutôt pour rigoler
 27   Pour avoir l’air d’être à la page
 28   Mais les mômes qu’il a chouravés
 29   C’était des p’tits morveux d’ la haute
 30   Qui bouffent du caviar au kilo
 31   Tout pour les uns, rien pour les autres
 32   « C’est pas juste » y disait Frédo

 33   Il a fait l’ ramdam chez les Corses
 34   Un soir qu’il avait picolé
 35   Et comme y connaît pas sa force
 36   Les autres, ils ont pas rigolé
 37   Raphaël a sorti son lingue
 38   Bref tout l’ monde s’est troué la peau
 39   C’est vraiment une histoire de dingues
 40   Vu qu’c’est tous des potes à Frédo

 41   L’histoire des deux voyous d’Pigalle
 42   Qu’il a flingué d’un cœur léger
 43   Moitié camés, moitié pédales
 44   Il fallait bien les corriger
 45   Sinon peu à peu qu’est-ce qui s’ passe ?
 46   Un jour, ça s’allonge aux perdreaux
 47   Total qui c’est qui paie la casse ?
 48   « C’est nos zigues » y disait Frédo

 49   Un coup d’ pique-feu dans l’ péritoine
 50   Et Frédo s’est r’trouvé comme ça
 51   Le cul sur l’ faubourg Saint-Antoine
 52   Qu’est c’ qu’il foutait dans c’ quartier-là ?
 53   Bien sûr il s’est r’trouvé tout d’ suite
 54   Avec les poulets sur le dos
 55   Maint’nant vous connaissez la suite
 56   Vous l’avez lue dans les journaux

 57   Un garçon qu’avait tout pour faire
 58   Impeccable mentalité
 59   Délicat, correc’ en affaires
 60   Bref, il avait qu’des qualités
 61   Ça fait mal quand on l’imagine
 62   En train d’ basculer sous l’ couteau
 63   De leur salop’rie d’ guillotine
 64   Un mec aussi gentil qu’Frédo.




Pour les étudiants de FLE – Le second degré

Les quatre chanteurs évoquent avec tristesse un ami d’enfance, Frédo, qui vient d’être arrêté et sera bientôt guillotiné. Pourtant, c’est « un gentil, Frédo », il a une « impeccable mentalité » mais la colère, le manque d’argent, et beaucoup d’autres bonnes raisons l’ont amené à voler, à faire du chantage, et à tuer une floppée de gens (des mémères, des flics, des employés de banques, des camés) qui de toutes façons ne méritaient pas de vivre ! Attention, ne vous méprenez pas : personne ne pense que ce Frédo est un garçon honnête et que ses victimes méritaient leur sort. C’est de l’humour, c’est ce qu’on appelle du second degré.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *